Views
10 months ago

Aloe Life Magazine 03

  • Text
  • Programme
  • Faire
  • Produits
  • Objectifs
  • Beaucoup
  • Gens
  • Travail
  • Pendant
  • Niveau
  • Corps
Aloe Life Magazine 03

Lifestyle Panagiotis Kotronaros: Le sommet de l’Everest semble être un défi pour les alpinistes du camp 4. C’est la dernière étape avant que les équipes ne s’élancent vers le plus haut sommet du monde. Le camp 4 est aussi une porte d’entrée vers la zone de la mort, un endroit tellement froid, impitoyable et sans oxygène que rien ne peut y vivre. Dans la zone de la mort, ton corps se retourne contre toi. Même au repos, chaque respiration est une lutte. Le délire commence à un point critique de l’ascension où une mauvaise décision peut entraîner la mort. La démarche devient instable et l’on perd lentement conscience pendant que le cerveau se dilate. Lorsque Panagiotis Kotronaros a atteint la zone de la mort au mont Everest, il se trouvait encore à plus de 1’000 mètres sous le sommet. Les vents étaient plus que violents et le danger d’une tempête soudaine était une préoccupation constante. Les restes de plus de 200 alpinistes, qui gisaient encore quelque part sur la montagne, ont servi de rappel constant : ce n’est pas un endroit pour les gens. Les vents les avaient déjà fait reculer lors de la première tentative de l’équipe au sommet, et Panagiotis savait que si la deuxième tentative échouait, cela pourrait signifier la fin de l’expédition grecque. A 6’000 mètres d’altitude, chaque fibre de son corps lui a dit de faire demi-tour. À 8’000 mètres d’altitude, son corps lui a dit de s’allonger et de mourir. Comment a-t-il réussi à y arriver et comment a-t-il pu se motiver pour continuer ? UN ALPINISTE HORS DU COMMUN AVEC UNE VOLONTÉ DE FER. La réalisation de son rêve de devenir alpiniste nécessitait une endurance complètement différente. Panagiotis Kotronaros a grandi à Athènes. Sa famille n’avait pas beaucoup d’argent et n’était pas intéressée par le sport. “Ni moi, ni mes deux frères n’étions beaucoup dans la nature ou dans les montagnes “, se souvient Panagiotis. “Escalader l’Everest était un rêve. Pour moi, c’était au départ un objectif inatteignable, surtout si l’on considère mes antécédents - pas d’expérience en escalade, pas de ressources financières et un petit enfant des villes.” Mais l’Everest exerce sur lui une “attraction magnétique”. Adolescent, il a monté une planche de rêve pour un projet scolaire qui montrait les premiers alpinistes à atteindre le sommet de l’Everest. Ce projet a été le point de départ de son parcours inébranlable qui l’a mené au toit du monde. Au début de sa formation, Panagiotis a travaillé avec ce qui était à sa disposition. Il a commencé à courir, à faire Il a écrit l’histoire de la Grèce sur le toit du monde. “L’escalade crée le bon équilibre entre la forme physique et le contact avec la nature “, dit Panagiotis. “Ce qui m’a vraiment enthousiasmé dans l’alpinisme, c’est que tu t’es fixé un certain but, et cela déclenche le processus de gestion des différentes parties qui y mènent.” de la randonnée, de la natation et du vélo. Il s’intéressait davantage à la nutrition et obtenait toutes les informations qu’il pouvait trouver sur les aspects techniques de l’alpinisme. Il a trouvé des sponsors pour l’aider à se procurer du matériel d’alpinisme professionnel. Sa première expédition a eu lieu en 1995 lorsque son groupe a escaladé Shishapangma dans l’Himalaya. A 8’012 mètres d’altitude, Panagiotis a expérimenté pour la première fois ce que signifie être dans la zone de la mort. “Comme il s’agissait de notre toute première expédition, nous savions qu’il s’agirait d’une entreprise difficile “, dit Panagiotis. “L’évolution constante des conditions météorologiques, notre manque d’expérience et de savoirfaire, les glaciers, les difficultés d’adaptation du corps aux conditions extrêmes.... tous des facteurs qui pourraient coûter la vie.” Cette première expédition a donné à Panagiotis la force et la confiance nécessaires pour poursuivre son objectif d’escalader l’Everest. En 2004, non seulement il était prêt à se lancer dans l’ascension de l’Everest, mais il a aussi mené l’expédition grecque, qui comprenait cinq alpinistes. UNE PERCÉE SIGNIFICATIVE DANS DES DIFFICULTÉS ÉCRASANTES Le 14 mai 2004, Panagiotis et son équipe sont partis du camp 4 à 7’894 mètres d’altitude pour leur dernière étape vers le sommet. Déjà la veille au soir, ils avaient interrompu 30

une première tentative de départ du camp 4 à cause des vents forts et tout le monde dans l’équipe s’est lentement rendu compte que c’était peut-être la dernière occasion d’atteindre le sommet. L’équipe s’est mise en route de nuit avec un cap direct vers la zone de la mort, où ils allaient passer les neuf heures suivantes pour atteindre le sommet. Avec chaque mètre d’altitude gagné, il devenait plus difficile de respirer, de se concentrer ou même de bouger. Le risque d’engelures, d’hémorragies cérébrales, d’hémorragies rétiniennes et d’évanouissement augmentait à mesure que les Grecs restaient à plus de 8’000 mètres d’altitude. Si un membre de l’expédition perdait conscience, aucun des autres n’aurait la force de l’emporter. Ainsi, s’évanouir équivaut à la peine de mort. “Quand ton corps abandonne, l’âme t’aide à continuer”, dit Panagiotis à propos de l’alpinisme dans la zone de la mort. “Si ton âme aussi abandonne, alors tu n’as que ta volonté, qui doit continuer à sa place. Et puis tu réalises qu’il n’y a pas de limites à ce que tu peux accomplir.” Le 15 mai, Panagiotis a atteint le sommet de l’Everest vers neuf heures du matin. Ce jour-là, les cinq membres de l’expédition grecque ont atteint le sommet. L’adolescent d’Athènes avec une planche de rêve et une volonté de fer était devenu un homme qui avait mené avec succès la première expédition grecque au mont Everest. Quand ton corps abandonne, l’âme t’aide à continuer. Aujourd’hui, Panagiotis travaille comme guide de montagne certifié et a mené plus de 40 expéditions dans les plus grandes chaînes de montagnes du monde. Il dit que pour lui, son plus grand succès sera toujours d’avoir mené l’expédition grecque au sommet de l’Everest. Une courte entrevue avec Panagiotis Kotronaros COMMENT AS-TU ENTENDU PARLER DE FOREVER ? J’ai fait la connaissance de Forever en 2008 alors que j’étais conférencier invité lors d’une journée de succès. Ma première pensée a été: qu’est-ce qu’un guide de montagne pourrait avoir en commun avec des gens qui ont maîtrisé l’art de construire une entreprise ? Tu ne te demandes pas ? La réponse est que chacun d’entre nous se bat contre son propre “Everest”, parce que pour traiter avec une nouvelle entreprise et travailler seul n’est pas toujours facile. Sur le chemin, il y a de nombreux défis à relever, qu’il s’agisse d’une nouvelle entreprise ou de ton prochain “sommet de montagne”. QUELS ASPECTS DE L’ENTREPRISE ADMIRES-TU EN TANT QU’ATHLÈTE ? Le grand impact que les produits peuvent avoir sur ton bien-être et ton style de vie quotidien, et la différence qu’ils peuvent faire ! Ce sont les standards de qualité élevés des produits combinés à une approche positive qui attirent l’entrepreneur en un seul produit. Passion, attitude positive, travail d’équipe, vision et mission sont des valeurs que je partage et qui définissent aussi la philosophie de Forever. QUEL CONSEIL DONNERAIS-TU À QUELQU’UN QUAND IL S’AGIT D’ATTEINDRE DES OBJECTIFS APPAREMMENT IRRÉALISABLES ? Pose-toi juste la question suivante: est-ce la chose qui est la plus importante pour moi et qui va me motiver ? L’objectif est-il un véritable défi ? Ensuite, il suffit de fixer un objectif clair, de définir les raisons pour lesquelles tu veux travailler dur pour l’atteindre et de t’en servir comme force motrice. L’attitude intérieure est la partie la plus importante, sois patient et préparé pour les hauts et les bas qui vont se produire sur ton chemin, et sois sûr que le résultat te donnera raison. 31

SUISSE

2018 © Tous droits réservés. Déclaration de confidentialité ǀ Impressum